Nos 7 ans !

J’avais 7 ans quand Claude François est mort, je ne sais pas si cela a le moindre rapport mais vous l’aurez sans doute remarqué la vie fonctionne souvent sur des cycles de 7ans !

 

Le 1er avril 2004, j’ai décidé de créer Alter Ego après avoir repris le temps d’un été un poste que j’avais occupé 7 ans plus tôt.

 

Ayant suivi mon propre chemin, c’est avec du recul et une analyse critique que j’ai pu observer mon point de départ professionnel et le chemin parcouru.

 

Ma synthèse a été la suivante :

 

– Il me restait encore beaucoup à apprendre

 

– Il fallait créer un point de contact entre la demande et la réponse.

 

Les contraintes et les rythmes de l’un, n’allant pas toujours bien avec celles des autres.

 

Le pitch d’il y a 7 ans étant que la nouvelle unité de mesure économique, allait être le temps (au sens efficacité) et non l’argent. J’ajouterais tout de même, que j’ai découvert un peu plus tard qu’on allait plus vite du point A au point B avec de l’argent que sans.

 

Nous avons principalement été courtier pour nos clients, je vous en remercie tous les jours, mais je reste sur ma faim car je n’ai pas réussi, selon moi, à convaincre nos clients de la pertinence de déléguer complètement ce temps et ce suivi de production.

 

Le marché et ses acteurs sont en train de changer, une nouvelle phase d’actions arrive, ou l’économie sur les coûts induits et l’externalisation de certaines prestations vont devenir impérieuses pour les sociétés qui veulent rester performante.

 

Avoir raison trop tôt c’est avoir tort…

 

C’est pourquoi nous abordons ce qu’il est commun d’appeler l’âge de raison avec impatience et modestie, conscient que nous allons vers un nouveau cycle.

La récente pression exercée sur l’économie et le contrôle de gestion des entreprises, conduit de nombreuses structures à se concentrer sur leur “Business Core”. La sous-traitance des prestations non stratégiques devenant une source d’économie évidente pour les nouveaux managers. Ainsi en allant à l’encontre de l’orthodoxie des années 90 qui veut que “l’on ne soit jamais aussi riche que lorsque l’on produit soit même”, pour ce qui est de l’achat des supports de communication, l’enjeu est bien moins le prix d’achat facial, que le temps que l’on va y passer pour trouver le juste prix et être livré comme on le souhaite.

 

Notre métier de demain sera de vous faire faire de véritables économies en allant sous la ligne de flottaison de l’iceberg (alors 10? ou 90?).

 

Nous aurons pour vous une approche globale de vos supports de communication via notre module de Print Management, vous permettant d’auditer et d’organiser objectivement vos achats et vos besoins.

 

Alors même si “les sirènes du port d’Alexandrie chantent encore la même mélodie…” N’attendez pas 7 ans de plus pour nous solliciter.

François Rivalan

Vous aimerez aussi…